moi-même
Claire Simon

J’ai exercé mon activité durant
dix ans au
Musée PAYROL
à Bruniquel
82800 où j'ai créé le site web :


La Maison Payrol



Coq de clocher



Peinture murale



Fleur de lys

Je fus par la suite régisseur aux châteaux de Bruniquel

Les châteaux



détail d'un masque de la galerie



Lors d'une fête médiévale



Escalier d'apparat



Accueil






































































































































   Muséographie

Mon parcours m'a amenée à prendre des responsabilités dans le domaine culturel, dans des monuments historiques.

But : Dispenser le savoir, que les visiteurs apprennent quelque chose, qu’ils aient envie d’en savoir plus.  
Un musée n’est pas une entreprise commerciale, il est judicieux de trouver un ou des sponsors.  

Tout dépend du bâtiment, de sa situation géographique et de son contexte historique.   
L’intérêt du musée sera donc multiple : son architecture, ses décorations intérieures, son histoire et celle des ses occupants en relation avec l’histoire locale et/ou internationale, les édifices proches ; enfin, ses collections.
1) Un édifice neuf, contemporain, comportera plus souvent des expositions d’art plastique contemporain, tableaux, sculptures, photos, l’art Brut, etc.  
2) Un bâtiment ou monument historique comportera des expositions en relation avec son architecture, son histoire reliée aux péripéties historiques plus élargies.  

Présentation des collections, elle sera faite de façon chronologique en partant des époques les plus reculées au sous-sol ou à défaut au rez de chaussée, puis, en gravissant les étages, on se rapprochera de l’époque contemporaine (les fondations du bâtiment correspondant aux fondements de l’histoire). Ne pas mélanger les styles et les époques. On préfèrera ne pas ajouter de rideaux au fenêtres (à une époque où ils n’existaient pas) plutôt que d’y accrocher des tissus sans relation avec l’ensemble ou d’une couleur inadéquate, il faut être décorateur et travailler dans la sobriété. Les objets seront disposés de façon harmonieuse et logique. Exemple : autour d’une cheminée seront placés les ustensiles en situation de reconstitution vivante de façon à faire revivre les pratiques de l’époque. Les séries d’objets similaires, alignés en rang d’oignon seront à éviter de façon à ne pas lasser le visiteur. Importance de l’éclairage sous toutes les faces avec, si nécessaire, un croquis explicatif.

A l’entrée de chaque salle, à droite si possible, une notice écrite assez gros avec un plan et qui présentera les lieux, ses caractéristiques (plafond, sol, ouvertures), les dates d’édification et de remaniement, les activités qui s’y pratiquaient. Le sens “ droite à gauche ” est une sorte de consensus dans le domaine des expositions, sorte de sens giratoire international, tout comme dans les expositions des Salles des Ventes, les galeries, etc.    

Des dossier thématiques à consulter sur place pourront être mis à la disposition des visiteurs les plus curieux. Cela nécessite un travail d’investigation historique dans divers domaines. Des chaises seront donc disponibles à cet effet.

Eviter les interdictions et panneaux du style : Interdiction de fumer, de s’asseoir, de toucher, de parler, etc. les visiteurs de musée en sont bien conscients.

Guide des salles : remettre aux visiteurs qui le désirent un petit guide qu’ils pourront garder, différent de la plaquette d’appel. Ce guide pourrait être traduit en plusieurs langues au moins européennes. Pourront être loués des cassettes audio individuelles avec écouteurs, sorte de visites guidées individuelles en plusieurs langues. Une vidéo didactique avec quelques sièges pourra également être placée dans un coin sombre du musée.

Une exposition temporaire pourra être chaque année renouvelée, à chaque fois sur un thème particulier pouvant être reliée avec le thèmes annuels proposées par les “ Journées du Patrimoine ”, ou les “ Journées du Patrimoine de Pays, ou des circuits locaux comme en Tarn et Garonne “ les journées Escapades ”. Exemples de thèmes : les sciences et techniques, la terre crue - la terre cuite ; le travail de la pierre, le bois en architecture, l’art religieux, etc. Elles peuvent donner lieu à une inauguration où seront invités les autorités culturelles du secteur.

Visites guidées
: se limiter à des groupes de 25 personnes environ car il est difficile de capter l’attention d’un trop grand groupe. Certains se détachent du groupe pour s’égayer de ça de là et gênent la cohésion et l’attention des autres en faisant diversion (au besoin, séparer un groupe en deux). Savoir adapter le contenu de la visite aux catégories de visiteurs (scolaires, association des mangeurs de choucroute, club du 3eme âge, historiens polonais en visite officielle). Il n’y a pas de visite “ type ”, mais une présentation, une description, une invitation à découvrir les lieux, il est recommandé d’interpeller les auditeurs pour les faire participer, puis, on peut leur proposer un parcours libre des salles.
Une visite guidée de A à Z est un peu lourde pour les visiteurs qui n'ont pas tous les mêmes centres d'intérêt.

La plaquette d’appel comportera "le fleuron" du musée, l’objet ou l’élément qui le caractérise le mieux, il sera visuel, un plan d’accès géographique sera intégré avec les un ou deux édifices comparable proche, le texte résumera ce que le visiteur aura à attendre de la visite. Création d’un logo. Les horaires et les jours d’ouverture, ainsi que les tarifs ne devront être les plus simples possibles, les changements d’horaires compliquent la compréhension du lecteur. Traduit en plusieurs langues.

Etablir un catalogue, qui sera mit en vente. Historique rapide de la transformation du lieu en musée, rédaction d’un préambule, photos accompagnées descriptifs et mise en page informatique.

Kiosque d’accueil où seront mis en vente : les billets d’entée, le catalogue du musée, des ouvrages en rapport avec ce qui est présenté dans les salles, des ouvrages d’art ou d’histoire, éventuellement des cartes postales et autres produits dérivés. Il est de coutume également de proposer des plaquettes d’autres monuments similaires (on évitera de faire de la publicité pour le Canoë Kayac, les promenades à cheval, la piscine et autres loisirs qui sont du domaine des organismes de tourismes). Une buvette y trouvera éventuellement sa place.

Un Livre d’Or sera à disposition de ceux qui veulent donner témoignage de ce qu’ils ont vu. L’accueil se fera avec la plus grande écoute des visiteurs, la courtoisie est de rigueur, qu’ils désirent entrer ou qu’ils ne viennent que pour un simple renseignement. Une tenue classique et correcte est recommandée.

Un site Internet sera créé, sobre, donnant envie de venir (pouvant comporter aussi un livre d’or). Insérer le logo et des liens en collaboration avec d’autres sites culturels.   
Relation avec les organismes de tourismes, syndicats d’initiative, Comité Départemental du Tourisme et d’autres monuments ou musées équivalents. Faire circuler régulièrement les plaquettes. Rédiger une mise à jour régulière des textes à insérer chaque année dans les guides touristiques.

Administration de la structure : respecter les obligations légales en vigueur dans les établissements recevant le public ; faire vérifier les extincteurs annuellement, sortie de secours bien dégagée, etc.

Gestion des employés : pour une bonne préparation, savoir leur accorder une période d’observation et leur demander de rédiger eux-même plusieurs visite guidée. Prévoir un espace détente avec possibilité de faire du thé ou du café. Une bonne entente doit régner. Les employés seront bilingue (anglais) si possible.

Gestion de la caisse : Les rentrées d’argent doivent être notées chaque jour dans un agendas journalier de communication.

Entretient : un espace de mémoire doit toujours être bien propre, à l’intérieur et aux abords.

Les panneaux directionnels sur route, dans les rues ou à l’entrée doivent avoir une unité de style, être bien clairs et reconnaissables grâce au logo.